Le mémorial de l’esclavage de l’Anse Caffard au Diamant (Cap 110)

Ce mémorial, constitué de 15 statuts de sable blanc, est érigé en hommage aux naufragés d’un bateau négrier en 1830, qui effectuait des manoeuvres aux environs du rocher du Diamant. 
Ce bateau s’est échoué sur les rochers de l’anse Caffard en avril 1930 (alors que la traite des esclaves était interdite depuis 15 ans), avec 300 esclaves enchainés à son bord. 86 d’entres eux ont été retrouvé sains et saufs par François Dizac qui dirigeait l’habitation La Tournelle.

Sculptées par Laurent Valère, un artiste martiniquais, ces statues de 4 tonnes chacune et de 2m50 de haut, ont été érigées à l’occasion de la célébration du 150e anniversaire de l’abolition de l’esclavage. Leur implatation en forme de triangle est sensée représenter le fondement de l’esclavage en Martinique, à savoir le commerce triangulaire. et l’orientation au cap 110° pointe vers l’Afrique et plus spécifiquement la Guinée d’où le bateau semblait venir.

Le visite virtuelle du mémorial

Mémorial de l’esclavage à l’Anse Caffard

Cliquez sur l’image et déplacez votre souris en gardant le clic actif.

Géolocalisation

Agrandir le plan

Une Réponse to “Le mémorial de l’esclavage de l’Anse Caffard au Diamant (Cap 110)”

  1. Madame, Monsieur,

    je prépare un article sur Edouard Glissant et aimerais inclure la photo ci-dessus du Mémorial qu’il décrit dans plusieurs de ses ouvrages. Pourriez-vous me mettre en contact avec le « webmaster » de ce Blog ou avec le photographe et lui demander permisson pour inclure la première photo (en noir en blanc) pour un Numéro spécial sur « Rives et rivages » de la Revue ESPRIT CREATEUR?
    il est évident que je mentionnerais la référence que vous m’indiqueriez (nom du photographe, date où la photo a été prise, et j’aimerais si possible la recevoir en fichier joint en haute résolution,

    Merci pour votre collaboration à cette publication,

    Merci de me répondre le plus vite possible car la revue boucle les contributions et je voudrais tant inclure /illustrer mon propos par cette photo,

    Kathleen GYSSELS

Laissez une Réponse